céramiques 2021

utiliser la souris ou la barre de navigation en bas de l'écran pour défiler à droite et afficher toutes les photos

sculptures en terres diverses, 1230°

photos : jane norbury

céramiques

Les Passeuses sont une série de sculptures réalisées dans mon atelier en Bourgogne en 2020 et début 2021. Elles ont été développées pour Flux d'Argiles, une installation à La Grange Dimière, Isère, dans laquelle je contraste le mouvement de l'argile liquide s'écoulant verticalement sous la gravité , vu sur six grandes tentures en tissu, avec 27 Passeuses, couchées horizontalement sur le sol. Ces sculptures sont réalisées à partir d'argiles de grès cuites et vont de 55cm à 90cm de diamètre. Pour cuire les plus grosses j'ai dû construire un nouveau four à gaz, un projet que je voulais réaliser depuis plus de 20 ans, et qui ouvre maintenant des possibilités pour d'autres grandes pièces.

Les Passeuses, puisque c’est ainsi que les nomme l’artiste, résultent d’un processus lent et complexe où le hasard n’a guère sa place et visant à faire oublier non pas le geste, mais l’empreinte de la main. Montés à la plaque puis lovés dans une matrice ronde et contraignante, les boudins de terre, se plissent, respirent, exhalent, créent des cavités et des rehauts. De plus en plus, Jane Norbury ajoute à ces viscères de terre, un second anneau d’une autre terre, dont la texture plus ou moins chamottée et la couleur après cuisson trancheront avec la première. Ensemble, ces deux terres associées doivent réagir de la même manière à la cuisson et avoir le même degré de rétractation. Les terres s’épousent, provoquent des phénomènes de subduction, reproduisent des temps géologiques longs. Ces formes élémentaires, magmatiques, lourdes d’un temps immémorial, charrient en elles le souvenir de mélanges alluvionnaires, inspire la pétrification subite d’un mouvement en cours.
Extrait du texte ‘Avec La Terre’, Stéphanie Le Follic–Hadida, Dr en histoire de l’art, spécialisé en céramique contemporaine.

Ces formes ondulantes et annulaires évoquent pour moi une sensation de passage, elles s'ouvrent sur la terre et s'en élèvent. Leur contact avec le sol est minime mais stable, le soulèvement est parfois dû à la seconde argile poussant à travers la première, et à la fin de la série un anneau en soulève un autre. Les Passeuses me suggèrent le mouvement fluide nécessaire pour aller vers l'inconnu, nous invitant à passer d'un côté à l'autre comme franchir le seuil d'une porte, ou nous permettant de passer de l'autre côté de la rivière. D'autres images qui m'ont accompagné dans ce travail étaient celles des bavures d'algues de la forêt fossile de Lulworth - de grands anneaux de pierre sur la côte du Dorset, datant de la période jurassique, créés à partir de limon recueilli à la base des arbres, autrefois sous l'eau.